Sa production

La production de lait de foin fait appel à des savoir-faire traditionnels, tout en étant résolument ancrée dans la modernité.

Une production moderne

Même si la production de foin est ancestrale, elle a su se moderniser au cours des dernières décennies, pour offrir confort et sécurité de récolte pour les agriculteurs. Voici quelques étapes clés pour récolter de l’herbe lorsqu’elle est abondante, pour la stocker en foin pour l’hiver :

Pour commencer la récolte de l’herbe, l’agriculteur fauche une partie de ses parcelles d’herbe. Il laisse l’herbe coupée sur place. Elle va sécher naturellement grâce aux rayons du soleil.

Quelques heures plus tard, pour rendre le séchage homogène, il remue l’herbe avec un outil spécifiquement dédié à cet effet : c’est le fanage.

Quand l’herbe est presque sèche, il la rassemble sur une ligne : c’est ce que l’on appelle un andain. Cette étape s’appelle l’andainage.

Ensuite, deux possibilités s’offrent à l’agriculteur :

  • Soit il récolte l’andain et le presse en botte ronde ou cubique. Lorsqu’il presse, l’herbe est apte à la conservation, c’est la dernière étape avant le stockage sur la ferme : l’herbe est devenue du foin en quelques jours.
  • Soit il récolte l’andain en vrac grâce à une machine qui s’appelle une autochargeuse. Il amène ensuite cette autochargeuse sur sa ferme, la vide devant son séchoir et à l’aide d’une griffe suspendue au plafond du séchoir, charge petit à petit toute l’herbe que contient l’autochargeuse dans son séchoir. Le séchoir, comme son nom l’indique, va permettre de finir de sécher l’herbe en la ventilant pour permettre de la conserver : l’herbe est devenue du foin en quelques jours.

 

Plus d’informations sur le séchage en vrac : www.segrafo.com

Produit de tradition

Le lait de foin est la forme de production originelle du lait. Les générations d’agriculteurs qui nous ont précédés nourrissaient ainsi leurs animaux : avec de l’herbe et du foin. Lorsque l’herbe était très abondante au printemps, ils la fauchaient et la conservaient sous sa forme sèche, pour l’hiver. Lorsque l’herbe ne pousse plus à cause de conditions météorologiques rudes, le foin est là pour assurer le relais pour nourrir les animaux. Le foin : cette odeur à nulle autre pareille, ce toucher si particulier, ce souvenir d’enfance proche et lointain à la fois…

 

Aujourd’hui, dans la multitude de démarches labellisant les produits laitiers, le lait de foin est le seul à vous garantir la forme de production originelle du lait, pour une qualité gustative et nutritionnelle irréprochable toute l’année. Pour vous, des agriculteurs s’engagent pour valoriser ce savoir-faire, et le faire reconnaître à sa juste valeur.